2.11.11

Poète pouêt.


Je cherchais l'or de l'automne, je cherchais l'arbre.
Je cherchais l'ombre de la nuit, je cherchais ton âme.
Je cherchais quelqu'un, un passant ou toi,
Je cherchais où et vers quoi?


Il y avait la lumière du soir,
Il y avait l'ombre d'un espoir.
Il y avait la branche d'un saule
Il y avait les reflets de l'onde.


J'ai trouvé une porte, j'ai suivi un chemin
J'ai trouvé une feuille, j'ai lâché ta main
J'ai trouvé un abri, jusqu'au lendemain.
J'ai trouvé que sans toi, c'était pire que ça.



Alors j'ai roulé le métal
Alors j'ai cassé le pavé
Alors j'ai peint des montagnes
Alors j'ai craint la castagne.

Et de toi, j'ai gardé l'automne de la nuit.
Et d'un toit, j'ai fait mon abri.

Bon, ça casse pas trois pattes à un canard, mais je voulais accompagner mes pics. :-)



3 commentaires:

  1. ah si, moi je dis ça casse trois pattes à un canard.

    RépondreSupprimer
  2. Ben si tu veux, je te prête, pour la dinde! :-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau Saint-Goustan, de jour comme de nuit.

    RépondreSupprimer

Un petit mot n'est jamais si petit.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.