9.6.08

Matins

Se lever quand les ombres s'allongent encore sur la terre mouillée
Regarder le soleil agrandir son obole
Laisser briller la perle sur la feuille frémissante


Écouter le réveil des oiseaux, s'en étonner...

Voir le ciel sans nuage,
Se dire que le bleu lui va bien
Espérer


Entendre le chant de l'enfant, sourire...

Prononcer des mots doux, rien d'inutile,
Apercevoir la frimousse d'un bambin
Lui donner la main


Lire dans leurs yeux, traduire...

Et enfin, s'éveiller.

4 commentaires:

  1. Et toujours, s'étonner.

    RépondreSupprimer
  2. C'est chouette le matin, mais seulement s'il ne rime pas avec chagrin.

    RépondreSupprimer
  3. C'est : Aranda du matin, chagrin" !

    RépondreSupprimer

Un petit mot n'est jamais si petit.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.